Accueil > La Lunette > Chantier de rénovation

Chantier de rénovation

samedi 17 novembre 2012

Engagé en 2006, le chantier de rénovation de la lunette s’est terminé début septembre 2011.
Voici la liste des travaux et améliorations réalisés par les membres de l’Association Jonckheere :


amélioration de l’éclairage des cercles de coordonnées


lubrification des axes de la monture


nettoyage et mise en peinture des graduations du grand cercle de déclinaison


réparation et réglage du moteur de mouvement lent en déclinaison


mise en place d’un volant de prise en main de la lunette sur la partie oculaire


entretien et amélioration du mouvement de la coupole


changement de la boulonnerie maintenant la crémaillère sur la coupole


décapage, nettoyage et mise en peinture du tube, de la monture et du pilier de la lunette


remontage de la commande manuelle du mouvement lent en déclinaison


démontage, nettoyage et réinstallation du mécanisme de l’entraînement horaire


réglage de la vitesse de suivi de l’entraînement horaire


détermination précise de la longueur focale de la lunette : 6034 mm +/- 8 mm


installation d’un câble de liaison USB amplifié tout le long de la lunette permettant de relier une caméra fixée sur la partie oculaire à un PC en poste fixe, quelle que soit la position de la lunette


découpe et mise en place d’un disque de Bathinov pour aider à la mise au point de la lunette


nettoyage et décapage des cuivres et laitons de la monture et du tube


nettoyage et remise en peinture des deux escaliers d’accès à la lunette


démontage, nettoyage et calage de l’objectif


ajustement de l’équilibrage de la lunette


Dans le même temps, le Laboratoire d’Astronomie de Lille et l’Université Lille1 engageaient une rénovation de l’intérieur de la coupole :


mise en peinture de la partie interne de la coupole


enduit et peinture des murs


rénovation complète et mise aux normes de l’électricité


réalisation et pose d’un nouvel axe d’entraînement de la crémaillère de la coupole



L’optique


Le démontage de l’optique n’est déjà pas une chose évidente. Il faut mettre la lunette en position verticale, objectif en bas. Il faut ensuite amarrer le tube au pilier afin de ne pas voir la lunette se déséquilibrer une fois le poids de l’objectif enlevé. On procède au démontage du pare-soleil et enfin à la dépose et au démontage du barillet.


Nous avons constaté que les deux verres constituant l’optique reposaient tels quels dans le barillet l’un sur l’autre. Les verres sont délicatement enlevés du barillet. Après séparation, le nettoyage des 4 surfaces peut commencer. On utilise de l’eau distillée et de l’acétone. Malgré les efforts, les traces ne semblent pas vouloir disparaître. C’est après plusieurs tests et beaucoup de patience que finalement on commence à constater de l’amélioration. Cependant certaines d’entre-elles n’ont pas disparu complètement, mais au final le résultat est satisfaisant vu l’âge de la lunette !


Avant le remontage, nous avons décidé de mettre en place 3 séries de trois cales disposées à 120° les unes des autres. La première série est située entre les deux lentilles alors que les deux autres s’interposent entre l’objectif et le barillet. Nous avons confectionné ces cales à partir de feuilles d’aluminium d’un dixième de millimètre.


La difficulté est ensuite de replacer les deux faces intérieures des verres l’une contre l’autre tout en laissant une lame d’air dont l’épaisseur est la même à égale distance du centre des verres. Dans le cas de notre objectif, cette épaisseur décroit légèrement du centre vers les bords. On vérifie ce positionnement en projetant devant les deux lentilles une lumière quasi-monochromatique (la source utilisée est une veilleuse au néon). Les interférences produites entre les deux verres sont visibles sous forme d’anneaux, les fameux anneaux de Newton. Les deux verres sont parfaitement calés entre eux lorsque les anneaux apparaissent centrés par rapport aux verres. Il faut jouer sur l’épaisseur des cales disposées entre les lentilles et c’est alors un travail de bénédictin qui s’engage et qu’il faut combiner avec la collimation de l’ensemble de l’objectif dans le tube de la lunette …


Plusieurs démontages/remontages de l’objectif, deux après-midi et trois soirées de test sur des étoiles furent nécessaires pour obtenir un réglage satisfaisant …


Nous confirmons la présence d’une légère coma visible à partir de 700x qui vient bien de l’objectif lui-même et non de son alignement avec le reste de l’instrument. Les anneaux de Newton sont bien centrés et restent stables avec le temps. En relisant l’ancien cahier d’observation, on avait déjà noté ce défaut dans les années 80. Cette coma est finalement visible lorsque la turbulence est faible.


Dans la pratique ceci n’enlève rien à la qualité de l’instrument. Nous avons deviné la duplicité de BU720 à 0,5" et une séparation évidente de STT507 à 0,7" par turbulence moyenne (la résolution théorique de la lunette est de 0,4" pour une longueur d’onde à 0,55 μm). Nous concluons donc, pour le moment, que l’objectif est bien réglé et qu’il sera difficile de faire mieux.